September 21, 2021

Η Μόνικα Μπελούτσι έρχεται στην Ελλάδα και μεταμορφώνεται σε Μαρία Κάλλας. Η περσινή ακύρωση των παραστάσεών της εξαιτίας της πανδημίας δυσαρέστησε τους θαυμαστές της, όμως η 56χρονη Ιταλίδα σταρ ετοιμάζεται να ανέβει στη σκηνή του Ηρωδείου στις 21, 22 και 23 Σεπτεμβρίου ια να παρουσιάσει στο κοινό την παράσταση «Μαρία Κάλλας: Επιστολές και αναμνήσεις», υπό τη σκηνοθετική παγκέτα του Τομ Βολφ, και μιλά αποκλειστικά στη Realnews.
Ολο αυτό το διάστημα που ερευνήσατε τη ζωή της Μαρίας Κάλλας, ποια είναι τα συμπεράσματα που βγάλατε γι’ αυτή τη μοναδική ντίβα;
Είναι πραγματικά δύσκολο να κρίνει κανείς τη Μαρία Κάλλας για τη δουλειά και το έργο της. Αυτό που αγαπώ σε εκείνη είναι ότι ήταν μια καταπληκτική καλλιτέχνις, μια πραγματική ντίβα, και την ίδια στιγμή είχε μια αγνή καρδιά. Αυτό που είχε ιδιαίτερο ενδιαφέρον στη ζωή της ήταν η διαφορά του δημόσιου βίου σε σχέση με τον προσωπικό. Μπροστά στο κοινό ήταν σαν μια τίγρη. Μάλιστα, στην Ιταλία την αποκαλούσαν «Latigre». Αντιθέτως, στην προσωπική της ζωή ήταν σαν ένα μικρό πουλάκι. Αυτό που θα παρουσιάσω επί σκηνής είναι η Μαρία, όχι η Κάλλας.
Θα μπορούσατε να βρείτε ομοιότητες με τη Μαρία Κάλλας; Είστε κι εσείς μια μοναδική ντίβα…
Δεν πιστεύω ότι υπάρχουν στις ημέρες μας ντίβες, τουλάχιστον όχι όπως υπήρχαν στο παρελθόν. Στις ημέρες μας υπάρχουν τόσοι τρόποι να δημιουργήσεις το image… Δεν είμαστε στα 40s, στα 50s ή στα 60s, που το κοινό έβλεπε τους ηθοποιούς μόνο στον κινηματογράφο. Σήμερα έχει χαθεί το μυστήριο που υπήρχε πίσω από έναν ηθοποιό. Νομίζω ότι ο σκηνοθέτης Τομ Βολφ με επέλεξε γιατί είμαι κι εγώ, όπως η Μαρία Κάλλας, από τη Μεσόγειο και μιλώ κι εγώ πολλές ξένες γλώσσες, όπως κι εκείνη. Η Μαρία Κάλλας γεννήθηκε στη Νέα Υόρκη και ήρθε στην Ελλάδα πολύ μικρή. Στη συνέχεια ταξίδεψε στην Ιταλία και έγινε ντίβα και μετά σε όλο τον κόσμο. Μιλούσε γαλλικά, αγγλικά, ιταλικά και είχε ένα διαφορετικό τρόπο προσέγγισης στο εξωτερικό. Ισως, λοιπόν, ο σκηνοθέτης γι’ αυτό να σκέφτηκε εμένα για τον ρόλο, γιατί κι εγώ είμαι μεσογειακή και αγαπώ την Ελλάδα (γέλια).

Μοιράζεστε κάποιο άλλο κοινό χαρακτηριστικό με τη Μαρία Κάλλας;
Κατά τη γνώμη μου, η Μαρία Κάλλας εκπροσωπεί όλες τις γυναίκες, γιατί ήταν μια γυναίκα που έζησε με τόλμη και γιατί ακολούθησε την καρδιά της. Πρέπει να έχεις μεγάλη εσωτερική δύναμη, μεγάλο κουράγιο, για να ζήσεις έτσι. Ηταν συναισθηματική και ειλικρινής και αυτό της επέτρεπε να είναι τρωτή. Αυτός είναι και ο λόγος που τη σέβομαι και την εκτιμώ απεριόριστα ως ντίβα, αλλά και ως γυναίκα. Είχε το κουράγιο να πάρει διαζύγιο την εποχή που κάτι τέτοιο δεν ήταν νόμιμο στην Ιταλία. Αυτός είναι και ο λόγος που απέκτησε ελληνικό διαβατήριο εκείνο το διάστημα, γιατί στην Ελλάδα δεν αναγνώριζαν τον γάμο που είχε κάνει στην Ιταλία με τον Τζιοβάνι Μπατίστα Μενεγκίνι. Ηταν μια αγωνίστρια, αγωνίστηκε για την αγάπη, ακόμα και όταν στο τέλος έζησε την τραγωδία. Μπορεί ο κόσμος να λέει πως έφυγε τραγικά από τη ζωή, αλλά πιστεύω ότι έζησε τόσο δυνατά συναισθήματα, που λίγοι άνθρωποι έχουν το σθένος να ζήσουν. Για εμένα ήταν σαν μια ηρωίδα αρχαίας ελληνικής τραγωδίας και η επιθυμία της ήταν να δίνει ευτυχία στους άλλους. Συνήθιζε να λέει «ανήκω στους δοτικούς, θέλω να δίνω ευτυχία, ακόμα κι αν δεν μου δόθηκε εμένα». Συνήθιζε, επίσης, να λέει ότι μέσω της μουσικής άγγιζε το κοινό. Είχε το δώρο του ταλέντου και αυτό ήθελε να το μοιραστεί με τον κόσμο. Είχε μέσα της κάτι το ταπεινό. Παρόλο που ήταν αγωνί στρια, είχε μέσα της μεγάλη δύναμη, αλλά ταυτόχρονα ήταν πολύ ευαίσθητη και ντελικάτη, γι’ αυτό ακριβώς και μπορούσε να τραγουδήσει κατ’ αυτόν τον τρόπο.
Ακολουθείτε τις προσταγές της καρδιάς σας;
Στη ζωή μου ακολουθώ το ένστικτό μου. Για παράδειγμα, όταν ο Τομ Βολφ ήρθε σε εμένα και μου έδειξε το έργο, το οποίο αποτελεί και την πρώτη μου θεατρική απόπειρα, είπα ένα μεγάλο «ναι», γιατί, παρόλο που ραγματικά με φόβιζε η ιδέα της θεατρικής παράστασης, η υπόθεση και το ίδιο το έργο ήταν τόσο όμορφα και δυνατά που δεν μπορούσα να αντισταθώ και να πω όχι. Ετσι, ακολούθησα την καρδιά μου.
Αυτή η παράσταση αποτελεί τη μετάβασή σας από την κινηματογραφική οθόνη στο θεατρικό σανίδι. Πώς βιώσατε αυτή τη μετάβαση;
Τα συναισθήματα είναι τόσο δυνατά γιατί υπάρχει αυτή η άμεση επαφή με το κοινό. Είναι κάτι το τόσο έντονο και δυνατό, που μπορεί στην αρχή να φαντάζει τρομερό, αλλά στη συνέχεια τα συναισθήματα είναι απίθανα. Μου αρέσει πολύ αυτό, γιατί μπορεί να ρισκάρει κανείς, αλλά το αποτέλεσμα είναι τόσο ειλικρινές… Κάποιος είχε πει πως, όταν βλέπεις έναν ηθοποιό πάνω στη σκηνή, βλέπεις την ψυχή αυτού του ανθρώπου. Οπότε, όταν είσαι πάνω στη σκηνή, δεν μπορείς να ψεύδεσαι. Γι’ αυτό είναι ταυτόχρονα επικίνδυνο και όμορφο.
Θα παίξετε στο Ηρώδειο, που είναι ένα ξεχωριστό αρχαίο θέατρο. Ποια είναι τα συναισθήματά σας;

Γνωρίζω ότι είχε παίξει εκεί και η Μαρία Κάλλας όταν ήταν νεαρή. Η Ελλάδα έχει θέσει τις βάσεις του πολιτισμού για όλους μας, έχει δώσει το δώρο του θεάτρου σε όλο τον κόσμο.
Αν είχατε την ευκαιρία στην εποχή μας να στείλετε ένα e-mail ή ένα SMS στη Μαρία Κάλλας, τι θα της γράφατε;

Θα της έγραφα «Δεν σε ξέχασε κανείς και δεν πρόκειται να σε ξεχάσει κανείς». Θα βρίσκεται για πάντα στις ζωές μας, γιατί αντιπροσωπεύει όλες τις γυναίκες.
Τα τελευταία χρόνια αφιερώνετε μεγάλο μέρος των καλοκαιρινών σας διακοπών στην Ελλάδα και πιο συγκεκριμένα στην Πάρο. Τι είναι αυτό που σας αρέσει στη χώρα μας;

Λατρεύω την Αθήνα και έχω πάει και στην Αντίπαρο, αλλά και σε όλα σχεδόν τα νησιά της Ελλάδας. Υπάρχει κάτι το πολύ γνώριμο και οικείο σε εμένα, κάτι που δεν μπορώ να εξηγήσω. Η Ελλάδα είναι μέρος της κουλτούρας μου, γιατί είμαι Ιταλίδα και νιώθω πολύ κοντά στη χώρα σας. Λατρεύω τον κόσμο, τη ζεστασιά που έχετε ως λαός, λατρεύω το φαγητό, το υπέροχο γαλάζιο και την ομορφιά της φύσης. Νομίζω πως το μπλε της Ελλάδας είναι εξαιρετικό και το φως της είναι οναδικό. Οταν είμαι στην Ελλάδα, νιώθω τόσο όμορφα!

Αληθεύει η φήμη ότι θα αγοράσετε σπίτι στην Πάρο;
Προς το παρόν όχι. Δεν ξέρω για το μέλλον, αλλά προσώρας όχι.
Ποιο είναι το αγαπημένο σας ελληνικό πιάτο;
Μου αρέσουν όλα, η χωριάτικη, ο μουσακάς, τα ψάρια, το κρέας. Ολα τα προϊόντα και το φαγητό είναι εξαιρετικά! Ποια είναι τα χαρακτηριστικά που σας αρέσουν στους Ελληνες και ποια όχι; Μου αρέσουν οι Ελληνες γιατί έχουν πολλές ομοιότητες με τους Ιταλούς. Είναι πολύ ανοιχτοί και εγκάρδιοι και έχουν θετική ενέργεια. Νιώθω όμορφα ανάμεσα σε Ελληνες.
Η Μαρία Κάλλας ήταν μια δυνατή γυναίκα που θυσίασε την καριέρα της για μια μεγάλη αγάπη… Νομίζω ότι έκανε αυτό που ήθελε. Κανείς δεν την ανάγκασε. Δούλεψε τόσο σκληρά στη ζωή της από τότε που ήταν παιδί. Το μόνο που έκανε από τα νιάτα της ήταν να μελετά και να δουλεύει. Στα 23 της γνώρισε τον άνδρα της, ο οποίος ήταν πολύ μεγαλύτερος, και δούλεψε σκληρά για πολλά χρόνια, έκανε πολλές θυσίες. Και όταν γνώρισε τον Ωνάση, ήθελε να είναι μόνο γυναίκα. Στην πραγματικότητα, δεν έκανε καμία θυσία. Ηταν επιλογή της να ζήσει κατ’ αυτόν τον τρόπο. Ηταν μια ελεύθερη γυναίκα. Νομίζω ότι αυτό που έκανε τη Μαρία να υποφέρει περισσότερο ήταν ότι δεν απέκτησε παιδιά. Το χειρότερο πο υνέβη στη Μαρία Κάλλας ήταν ότι δεν απέκτησε οικογένεια και παι

(с) https://www.real.gr/lifestyle/arthro/monika_mpeloutsi_sti_realnews_niotho_omorfa_anamesa_stous_ellines-769486/

Published by Admin
August 27, 2021

Monica Bellucci pour le projet de Madame Figaro “QUAND J’AVAIS 16 ANS”

Monica Bellucci à 16 ans
Photo personnelle

Quand j’avais 16 ans. – En écho à une jeunesse chahutée par la crise, huit célébrités nous dévoilent leurs rêves d’adolescents. La photo fétiche qu’elles nous ont confiée raconte une histoire singulière, où il est question de passion et de liberté. L’actrice italienne répond à notre questionnaire teenager.

Madame Figaro. – L’adolescence, enfer ou paradis ?
Monica Bellucci. – 
Entre les deux. C’est une période où on n’est plus des enfants mais on n’est pas encore des adultes non plus donc c’est un peu le purgatoire.

Quel genre de teenager étiez-vous ?
Rêveuse et rebelle à la fois. J’avais déjà commencé à travailler mais je n’avais pas encore vraiment trouvé ma place. Mon rêve c’était de partir, de passer mon bac, d’aller à l’université et surtout je voulais voyager, découvrir le monde. Mon univers était aussi rempli d’images de films et de photos. Ma source d’inspiration, c’était les femmes. Mes héroïnes s’appelaient Silvana Mangano, Gina Lollobrigida, Sophia Loren, Monica Vitti, Anna Magnani, toutes ces actrices ont bercé mon enfance et marqué mon existence. (с)

Published by Admin
August 12, 2021

Avecelles, l’étévaenfinêtre… chaud. MonicaBellucci etCaroleBouquet, lefeuet laglace,sont réuniesdans «Les fantasmes», de Stéphane et David Foenkinos (en salle le 18 août). Une comédie en six tableaux et autant de couples qui explorent avec humour les faces cachées de leur désir. L’occasion pour ces deux incarnations de la beauté de se confier sur leur féminité, la séduction et le métier d’actrice après 50 ans.

Carole Bouquet & Monica Bellucci by Mathieu Cesar

Paris Match. Dans “Les fantasmes”, le film à sketchs des frères Foenkinos, vous jouez un couple de femmes qui ne peuvent trouver du plaisir ensemble qu’à la mort d’un être connu. Franchement, ça ne vous a pas effrayées?
Monica Bellucci. J’ai appelé Stéphane Foenkinos pour lui dire : “Tu es sûr de ce sketch ? Parce que la mort est tellement présente, en ce moment, que ça fait un peu peur…” Il m’a rassurée en me parlant de comédie noire, douce-amère, de distanciation, de désacralisation.
Carole Bouquet. Nous avons tourné en septembre, entre les deux confinements. Au départ, il y avait pas mal de scènes dans un Ehpad. Le sujet n’était pas évident! Mais à l’arrivée, heureusement, c’est l’humour qui l’emporte.
Aviez-vous déjà entendu parler de la thanatophilie, ce fantasme un peu bizarre qui conduit les deux femmes à faire l’amour dans un cimetière après un enterrement?
M.B. Non,mais c’est presque un grand classique. On peut évoquer le mythe grec d’Eros et Thanatos, l’amour passionnel qui porte la mort. Bon, ici c’est poussé à l’extrême. Le film explore avec drôlerie les fantasmes inavouables de chacun, la folie ordinaire cachée. On a tous nos problèmes.
C.B. Est-ce que ça m’excite ? Pas du tout. Moi, je suis plutôt très triste quand une personne que j’aime s’en va. Est-ce que je suis choquée pour autant ? Pas plus que ça. J’ai déjà connu des gens qui faisaient l’amour dans des cimetières. D’autres préfèrent les églises. L’idée de l’interdit, du péché, peut provoquer le désir. Il y a quelque chose de très émoustillant à être hors norme. Et puis, consultez la liste des fantasmes bizarres répertoriés : il existe des choses bien plus cinglées.
Cela vous a-t-il plu d’incarner ces deux personnages féminins un peu tordus?
C.B. Nous ne faisons pas ce métier pour être nous-mêmes mais pour être hors de nous. Je ne partage aucun des fantasmes qui figurent dans ce film, et… il y en a ! Le nôtre ne rend personne malheureux. Ces deux femmes, nous leur donnons une voix, nous les représentons.
M.B.Oui, Carole, tu as raison, mais il est compliqué de défendre bec et ongles nos personnages, tout de même. On a de la compassion pour elles et leurs faiblesses parce que nous sommes actrices, qu’elles sont femmes.
N’essaient-elles pas, au fond, de préserver laflammede leur couple, et est-ce que cela vous parle?
C.B. Il y a entre elles une passion charnelle qui est évidente. Elles pourraient la vivre autrement, nous sommes d’accord. Ce qui me parle, qui est beau, c’est que Monica et moi avons nos âges et qu’on nous demande, plutôt qu’à deux jeunes femmes, de défendre une histoire de sexualité, de désir et de plaisir. À l’écran, je trouve d’ailleurs très séduisant ce couple que nous formons, et la présence de Monica est une des raisons pour lesquelles j’ai accepté ce film.
Vous connaissiez-vous?
C.B. Non, mais nous nous étions croisées. Et cela m’amusait de partager cette histoire d’amour avec elle, très belle femme mais plus une gamine non plus. Je sens qu’elle intrigue ceux qui voient le film et que ça peut aider à faire évoluer les mentalités : il n’y a pas d’âge pour la passion.
M.B. Et voilà aussi la magie du cinéma: deux actrices qui ne se connaissent pas se retrouvent à jouer des scènes on ne peut plus intimes, sans répétition, juste une lecture chez Carole.
Qui a décidé que, dans la façon de s’habiller, Carole serait plus masculine et Monica ultra-féminine?
M.B. C’était écrit dans le scénario et ça nous allait.
C.B. Et c’est évident, non? Regardez-nous. On a juste forcé le trait de l’image que nous renvoyons, et c’est très bien comme ça.

Carole Bouquet et Monica Bellucci dans “Les Fantasmes” de Stéphane et David Foenkinos. En salles le 18 août.Bertrand Vacarisas/Gaumont

Cette image de vous, Carole, elle remonte à loin…
C.B. Il n’y a pas eu de femmes autour de moi pour me transmettre cette féminité, ce que je fais aujourd’hui avec mes petites-filles, par exemple. Aux 10 ans de l’une d’elles, il y avait des jolies robes, des paillettes et du maquillage. À son âge, je jouais avec des soldats de plomb. La féminité, je l’ai découverte en débutant au cinéma, mais m’habiller de façon très féminine relevait davantage du déguisement. J’étais timide, je n’avais pas les codes. J’ai porté des robes pour faire plaisir à mes copines plus que pour séduire.
Ne faut-il pas une forme de courage pour incarner à l’écran ce couple de femmes homosexuelles?
M.B. Je ne suis pas sûre que leur homosexualité soit un élément prépondérant, ni qu’il faille parler de courage à notre propos. C’est leur fantasme qui compte. Et comment elles le vivent, la do possible. C’est ce que j’ai essayé de comprendre et de défendre. Les femmes ont toujours été pour moi une grande source d’inspiration.
C.B. Enfin, quand même, nous sommes en France, en
2021… On peut parler d’homosexualité! Il est vrai qu’elle est encore interdite dans certains pays, mais ça changera. Les droits évolueront, comme ceux de la femme ont fini par évoluer. Et si l’on parle de voter ou d’avoir un compte en banque, c’était il n’y a pas si longtemps.
Vous-même, Carole, aviez été l’objet d’une rumeur avec Clio Goldsmith, dans les années 1980…
C.B. Clio et moi avons habité ensemble durant un an, à New York. Ensuite, quand je suis partie tourner en Italie, toute la presse m’a parlé de ma liaison avec elle. Pur fantasme, je suis tombée des nues. Pour vous dire la vérité, je trouve presque dommage de ne pas l’avoir fait…
Est-cequ’onsepréparepour jouerdes scènes d’intimité ou, au contraire, faut-il se laisser aller?
C.B. Moi, je faisais confiance à Monica.
M.B. Confiance ? Tu me fais rire ! Ces scènes, nous savions qu’elles seraient tournées avec pudeur.
Peuvent-elles, parfois, être compliquées ?
M.B. Eh bien, ça dépend avec qui. Là, c’était juste très simple et amusant.
C.B. Moi qui suis strictement hétérosexuelle, je suis triste de ne pas avoir aussi aimé les femmes. Mes enfants vont hurler, mais… désolée, c’est vrai, je trouve ça dommage. Mis à part ce regret, je considère les femmes comme des soeurs que je reconnais. Je n’ai d’ailleurs jamais été envieuse ni jalouse d’une autre femme. Y compris dans le domaine de l’amour. Je suis très fataliste, en fait.
Pour vous deux, la beauté a-t-elle été un cadeau ?
M.B. Le corps dans lequel on naît nous a été donné. On fait avec. Mais c’est un cadeau qui passe avec le temps. Après la jeunesse, un autre style de beauté arrive. Pouvoir s’exprimer encore après un certain âge est formidable.
C.B. La beauté, un cadeau? Oui, du ciel. Il faut savoir s’en servir, s’en amuser, qu’il ne vous enferme pas dans une boîte entourée d’un ruban rose bonbon. Mais on a toujours de quoi faire avec son physique. Plus on vieillit, plus les metteurs en scène masculins ont de l’imagination pour nous. Quelle chance de ne pas être mises au rebut ! Au départ, je faisais fantasmer ; puis on m’a punie, on me quittait ; aujourd’hui, je peux jouer des monstres ou des amoureuses.
Vous-mêmes pouvez susciter les fantasmes. Monica, vous étiez mannequin à 16 ans. Avez-vous, alors, découvert votre pouvoir de séduction?
M.B. J’étais une jeune fille très timide, comme Carole. Du fait de mon physique, les gens venaient à moi, je n’avais pas à faire le premier pas. C’était formidable, mais ça restait fragile et, en vieillissant, cette beauté du diable s’est effacée et ne m’a plus protégée. Il a fallu que je m’adapte à cette nouvelle situation. Ma force est venue d’ailleurs, peut-être de ce qu’on appelle la recherche de la beauté intérieure.
Pour vous, Carole, cela a-t-il été plus compliqué d’être un objet de désir?
C.B. Très réservée, je ne savais pas trop quoi faire de mon corps. Je n’avais pas le mode d’emploi. J’ai été choisie par Luis Buñuel, à 18 ans, non pas pour mes qualités d’actrice mais pour mon visage de madone, autre fantasme. Je faisais peur aux hommes malgré moi, mais c’est moi qui tremblais. J’ai été approchée pour la première fois par Chanel quand j’avais 20 ans, mais je n’ai accepté un contrat avec eux que huit années plus tard. J’avais un peu fait la paix avec moi-même.
Chez vous, Carole, il y a cette image de froideur classique et bourgeoise. Êtes-vous très différente de cela?
C.B. Cette image n’est pas moi. Mais je n’y peux rien, inutile de lutter. Surtout, j’ignore ce que je parais être dans le regard des autres. Je n’entends même pas ma propre voix, dont on me parle souvent. Je ne suis pas spectatrice de moi-même. Je ne peux que me voir dans ma vie, femme avec mes faiblesses, mes qualités, mon âge, mes enfants et mes petits-enfants…
Vous, Monica, c’est le contraire : un côté très chaleureux, mais vous pouvez vite devenir sombre…
M.B. Je vais spontanément vers les autres, sans a priori, avec beaucoup de curiosité. Sans doute l’atavisme italien ! Après, vous avez raison, si je ne me sens pas à l’aise, je peux très vite me renfermer pour me protéger. Mais c’est naturel, non? Sûrement cela se voit-il davantage chez moi.
C.B. Il y a entre nous une différence assez drôle. Monica et moi avons fait une longue séance photo et j’avais envie que ça se termine vite. Je rouspétais, comme toujours. Une vraie caricature de Française, alors qu’elle faisait preuve d’une patience d’ange. Et puis, à un moment, alors que j’aurais pu rester encore des heures en râlant, Monica a dit : “Basta, c’est fini.” Et nous sommes parties.
Qu’est-ce qu’il y a, chez l’une et chez l’autre, que vous aimeriez emprunter?
M.B.Moi, j’ai fait ce film parce que je voulais embrasser Carole Bouquet. Elle parle et sourit beaucoup, mais il émane toujours d’elle une forme de mystère qui me séduit terriblement.
C.B. Je lui emprunterais bien sa nationalité. J’aimerais être italienne.
Ne l’êtes-vous pas un peu, puisque vous vivez une partie de l’année àPantelleria, petite île au large de la Sicile, où vous produisez du vin, de l’huile d’olive et des câpres?
C.B. Sur cette île où il est compliqué de se rendre, je me sens comme enveloppée. Pendant le tournage, Monica et moi avons souvent parlé italien. Ça me met toujours en joie. Vous connaissez l’adage : les Italiens sont des Français de bonne humeur. Et puis ils ont un rapport à la culture et à la beauté plus charnel qu’en France. Combien de chauffeurs de taxi m’ont fait découvrir des grands airs d’opéra en les chantant, ou m’ont parlé d’oeuvres patrimoniales dont ils sont fiers… C’est très agréable.
M.B.Je dois dire que j’ai goûté tous les produits de la terre de Carole et qu’ils m’enchantent. J’ai hâte que nous nous fassions un super dîner toutes les deux.
LesJamesBondgirls font souvent fantasmer les hommes.En avezvous eu conscience, vous qui avez toutes les deux tenu cet emploi?
C.B. Non. J’ai joué dans “Rien que pour vos yeux”, avec Roger Moore. J’avais 22 ans et, honnêtement, je me suis beaucoup ennuyée. Si on me l’avait proposé dix ans plus tard, alors je me serais sûrement plus amusée avec ma féminité, j’aurais été une James Bond girl plus sensuelle, plus dans la provocation du fantasme.
M.B. Moi, c’était pour “Spectre”, avec Daniel Craig. J’avais plus du double de ton âge, Carole. Qu’une femme de 50 ans puisse séduire un James Bond plus jeune qu’elle a été révolutionnaire. Je suis assez fière d’avoir participé à ça, pour dire que fantasme ne rime pas seulement avec jeunesse. C’est assez libératoire pour les femmes, je trouve, d’affirmer qu’elles peuvent être dans la séduction totale après 50 ans. Comme si un tabou sautait.
C.B. Le film “Les fantasmes” le prouve. Nous sommes, toi et moi, des femmes qui peuvent encore explorer et montrer leur féminité.
La beauté qui s’effiloche,mêmesi vous avez une grande marge toutes les deux, cela peut-il être attristant au point de ne plus regarder en arrière?
C.B.Je sens le temps qui passe, évidemment, mais je ne souffre pas si je tombe sur une photo de moi plus jeune. Non, je me dis avec tendresse : “Mon Dieu! que j’étais mignonne et je ne le savais pas…”
M.B. Je n’ai pas envie de mener une guerre contre les années qui filent, parce que je sais qu’elle est perdue d’avance, qu’elle me fera souffrir. Mon physique, qui s’est transformé, me donne accès à de nouveaux rôles. C’est gratifiant. Et comme j’ai envie de vivre vieille, je préfère regarder avec force vers l’avenir. Je suis très curieuse de voir cette personne que je serai dans vingt ans.
Interview Ghislain Loustalot / Photos Mathieu César

Published by Admin
July 6, 2021

Benvenuto in Francia ! Lundi 5 juillet, les couleurs de l’Italie se sont invitées à l’Élysée. À l’occasion de la visite d’État du président italien, Sergio Mattarella, et de sa fille, Laura, Brigitte Macron en a profité pour accueillir ses propres convives lors du dîner. Dans la cour du palais de l’Élysée, la première dame a alors reçu les actrices Monica Bellucci et Carole Bouquet. Cette dernière a des liens puissants avec le pays, puisqu’elle produit un vin issu de ses vignes à Pantelleria en Sicile.

L’actrice italienne se tourne une dernière fois vers les photographes avant de rentrer dans le palais de l’Élysée, accueillie par Brigitte Macron. (Paris, le 5 juillet 2021.)

L’emploi du temps de Monica Bellucci

Ces derniers jours, l’actrice italienne ne cesse de se retrouver sous les feux des projecteurs. Dans la journée du lundi 5 juillet – juste avant le dîner à l’Élysée – Monica Bellucci a fait une apparition à la Fashion Week de Paris, lors du défilé Dior. Après le repas présidentiel, l’héroïne de Malena a dévoilé sur son compte Instagram la couverture du Vogue Italie de juillet 2021, sur laquelle elle pose en compagnie de sa fille, Deva Cassel. Côté cinéma, Monica Bellucci sera à l’affiche du film Fantasmes de David et Stéphane Foenkinos, qui devrait sortir en août 2021.

(c) madame.lefigaro.fr

Published by Admin
July 5, 2021

DI RAFFAELE PANIZZA5 LUGLIO 2021

La figlia ha sedici anni, la madre è la diva italiana del cinema. Per la copertina di Vogue Italia posano assieme per la prima volta. Questa è la storia di due generazioni allo specchio, un pomeriggio a Parigi

Il 30 settembre del 1964, quando Monica Bellucci veniva al mondo, il mondo non emetteva un fremito e anzi pensava ad altro. Al funerale di Togliatti. Al primo film dei Beatles sul culto della celebrità: “A Hard Day’s Night”. A Martin Luther King in visita dal Papa e alla Ferrero che lanciava la Nutella. Quarant’anni dopo e sedici anni fa invece, quando veniva al mondo la sua primogenita Deva Cassel, il mondo l’ha saputo subito. Il mondo “pensava a lei”. I media annunciavano l’evento e tutti per un istante abbiamo cercato di comporne a mente le fattezze, addolciti da un lampo di probabile assoluto in un mondo dove bellezza e bruttezza, adesso come allora, si scambiavano costantemente di posto: la strage dei terroristi ceceni nella scuola di Beslan. Le prime voci su una novità chiamata Facebook. La mancata ratifica della Costituzione europea. Le speranze di pace in Medio Oriente defunte insieme al leader palestinese Yasser Arafat. 

Foto di Paolo Roversi

Tutto scorre così velocemente che entrambe le loro vite, entrambe le loro storie, appaiono ugualmente distanti. Tanto che nel dileguarsi rabbioso del passato, nella sua prospettiva schiacciata, potrebbero essere quasi coetanee. Mentre nell’accelerazione spietata del presente, le due sono ormai irriducibili: da una parte una pubertà che sta portando a termine la sua schiusa, dall’altra la più graziosa delle maturità che si compie e finalmente si placa.  Monica e Deva. Deva e Monica. Creature ora riunite in uno studio fotografico di Parigi davanti alla Hasselblad formato 6×4.5 di Paolo Roversi, che Monica l’ha fotografata tante volte, mentre Deva mai. Il risarcimento che giunge ora, però è grande: insieme, non le aveva ancora immortalate nessuno. «Tempo fa Monica mi aveva mostrato una foto sul telefonino ed è stato colpo di fulmine. Deva possiede in volto il sogno e il mistero. Monica invece l’ho sempre vista e fotografata come “la Bellucci”, come un bambino che la ammira proiettata sul grande schermo, come m’accadeva da ragazzo con Lucia Bosè e le grandi dive», dice il fotografo. Monica e Deva, nel frattempo, sono uscite dall’ascensore. Sono passate al trucco e ora, davanti all’obiettivo, vorrebbero fondersi, vulcanizzarsi l’una nell’altra. Monica in particolare, lo vorrebbe da morire. L’ha sognato e ne ha parlato a tavola la scorsa sera. Ma quando arriva il momento agognato, per qualche motivo la fusione non si verifica, la materia e l’anima – pur in questa loro evidente consuetudine di carezze – risultano meno permeabili del previsto. È la legge della vita. L’ineluttabile principio di individualizzazione: Deva è una giovane donna che irrompe, Monica un corpo sacro venuto oggi a lasciar spazio all’affermarsi di una nuova creatura, ed è bello vederglielo fare con questa fiera naturalezza mediterranea imparata osservando madri, nonne e zie abbassare lo sguardo. Deva e Monica. Monica e Deva.

Deva e basta.  «Sinceramente m’immaginavo qualcosa di diverso: lei abbandonata sulle mie gambe e i nostri capelli al vento che diventavano una cosa sola», dice Monica davanti alla bacheca con tutti i look: Dolce, Valentino, Armani, Dior, Scervino, Chanel. Novanta per cento Italia, dieci per cento Francia, esattamente come le loro ossa. «Deva è nata a Roma, e quando parliamo in genere non usiamo il francese. L’italiano è la sua lingua madre», rivendica Bellucci, che prima di accettare questo servizio fotografico ne ha voluto parlare con la secondogenita Léonie, 11 anni compiuti da poco. Anche Deva a un certo punto appare quasi contrariata: «Non so, sono troppo distaccata, troppo seria», si arrovella, di fronte a un’immagine bellissima nella quale in un certo senso troneggia, e inconsapevolmente vede il proprio Dna liberarsi e scivolare giù dalle spalle come polvere, e forse se ne spaventa. Monica osserva protettiva e curiosa questo piccolo patire, comprende e accompagna il tormento del passaggio. Le ha persino chiesto perché avesse voluto fare questo servizio fotografico assieme, e Deva le ha dato una risposta meravigliosa: perché l’ultima volta che ci hanno fotografate insieme ero nella tua pancia (a fotografare Monica al settimo mese fu Fabrizio Ferri, ndr). Adesso che sto cominciando il mio viaggio, mamma, voglio che accada ancora. «Ed è esattamente questo che desidero per mia figlia: respiro, indipendenza, aria». 

Posano ancora. Monica allunga naso e bocca verso le ciocche ondulate di sua figlia, gode nell’inalarne il profumo, e allungando sempre più voluttuosamente il collo mostra il platino, l’onice e lo smeraldo di un orecchino Cartier. Oltre a qualche punto esclamativo lasciato sulla sua pelle dal tempo. Guarda Roversi e dice qualcosa di quasi impercettibile, accentuando il movimento delle labbra per mantenere il segreto del messaggio: «Paolo, guardaci, siamo carne viva».  Pausa. Monica indossa una veste da camera bordeaux mentre Deva giochicchia con l’applicazione di Apple Music in accappatoio bianco. S’avvicina: «Io e lei non abbiamo scontri, mai. Sono una madre dolce, cerco di prenderla sempre dal verso del pelo». Puntini sospensivi. Si torna sul set. Quando posa mamma, Deva non viene a guardare mai. E viceversa, medesimo trattamento. Anche se Monica, incrociandola nel corridoio, d’impulso abbandona questo piccolo fair play e forse un po’ esagera: «Mamma mia, ma che cos’è questa ragazza!», esclama, facendo girare tutti e contemporaneamente registrando il disappunto di Deva, che la guarda un po’ torva, un po’ imbarazzata, mentre cerca di allentare la morsa alla gola di un colletto Tudor firmato Dolce&Gabbana. Monica cambia tono, le cede il palco con un «Amore, that’s you now», e s’allontana dal set con gesto sottolineato: «Non voglio metterla in imbarazzo, e in più lo so benissimo come posa» dice orgogliosa e partecipe, un po’ custode e un po’ arco per questa figlia-freccia che ha già scattato due campagne e cinque copertine internazionali. E presto – la notizia non è ancora stata divulgata – diventerà ambassador per la maison Christian Dior. Vedere gli scatti materializzarsi sul computer è interessante ed ermeneutico. Analizzare il confronto tra la consapevolezza interpretativa di Monica Bellucci e quel modo ancora stupito che ha Deva nel farsi catturare, da cerbiatto sorpreso tra le foglie: «Lei è così, libera da sempre, prende aerei da sola da quando ha 13 anni e parla cinque lingue. Ha visto come tiene lo sguardo? Non ha paura di nulla».

 Continua… 

Foto in apertura. Monica Bellucci e la primogenita Deva in uno scatto di Paolo Roversi dal servizio di copertina di questo mese. Monica: tubino di raso. Deva: tubino di raso e orecchini. Tutto Dolce&Gabbana. Styling Ibrahim Kamara.

Leggete l’intervista integrale sul nuovo numero di Vogue Italia è in edicola dal 6 luglio
(c) VOGUE

Published by Admin
July 5, 2021

 

 
Посмотреть эту публикацию в Instagram
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

 

Публикация от Monica Bellucci (@monicabellucciofficiel)

 

Published by Admin