Nikos_Aliagas_Monica_Bellucci_2017.jpg
Monica_Bellucci_Van_Mossevelde_Plus_N_01.jpg
Monica_Bellucci_Elle_France_-_23_au_29_Juin_2017-03.jpg
Monica_Bellucci_Elle_France_-_23_au_29_Juin_2017-05.jpg
Monica_Bellucci_Elle_France_-_23_au_29_Juin_2017-04.jpg
Monica_Bellucci_Elle_France_-_23_au_29_Juin_2017-02.jpg
Monica_Bellucci_Elle_France_-_23_au_29_Juin_2017-01.jpg
Monica_Bellucci_Grazia_1989_it_08.jpg
Monica_Bellucci_Grazia_1989_it_07.jpg
Monica_Bellucci_Grazia_1989_it_06.jpg
Published by: admin Filed under: (0) Comments
2015, november — Version Femina (France) — Monica Bellucc...

L’actrice revient en beauté au cinéma dans 007 Spectre de Sam Mendes avant un grand cru 2016. Cette Italienne est d’une rare gentillesse et reste sereine malgré des tournages dans le monde entier. Quelle classe !

« Daniel Craig est le type d’homme que les femmes aiment »

C’est une grande surprise de vous retrouver dans un James Bond. Pour vous aussi ?
Monica Bellucci : Je suis très heureuse d’avoir fait partie de cette aventure, d’abord parce que j’adore Sam Mendes. C’est un réalisateur pour lequel j’ai beaucoup de respect. J’ai aussi aimé me retrouver dans une saga qui fait partie de l’histoire de nous tous, car qui n’a pas vu un James Bond dans sa vie ? C’est vrai aussi que c’est une nouveauté de choisir une femme mûre dans un James Bond. Il y a la présence de deux rôles féminins très forts, et très différents l’un de l’autre. Madeleine, jouée par Léa Seydoux, représente la femme moderne, dans l’action, l’égale de l’homme. Alors que Lucia, que j’interprète, vient d’une réalité où les hommes ont les pleins pouvoirs. Elle est italienne, proche de la mafia et vit dans un monde où la parole appartient aux hommes. Je crois que ce n’est pas un hasard qu’elle soit italienne car, nous, les Italiennes, devons encore travailler beaucoup sur les droits de la femme. On a du tempérament, du caractère mais les hommes ont leur mot à dire, quelquefois ils ont plus de pouvoir que la femme. C’est intelligent dans le film de raconter le passé et le futur, le passé et la modernité. Sam Mendes a choisi deux femmes d’âges différents, qui représentent aussi deux mondes : un archaïque et un autre moderne. Mais vous verrez Lucia est une femme qui doit sortir de sa prison. Cela va au-delà d’être sexy.

Quelles sont vos impressions sur le partenaire Daniel Craig ?
Monica Bellucci : C’est un acteur merveilleux. Sam Mendes et lui ont créé un James Bond tellement nouveau, qui souffre d’un mal de vivre. Ça le rend plus humain, on peut se rapprocher de lui, on est en empathie. Je me suis retrouvée à tourner des scènes intimes avec Daniel alors qu’on ne se connaissait pas, mais c’est aussi ça le métier d’acteur. Avec lui, c’était facile car il est un gentleman à l’écran et dans la vie. On était bien entouré, protégé.

Avez-vous aussi croisé Christoph Waltz ?
Monica Bellucci : Oui, mais on n’a pas de scènes ensemble. C’est un formidable acteur. Il a fait un travail magnifique. C’était très enrichissant de travailler avec de tels professionnels. J’ai adoré ce tournage, une super belle aventure. J’ai toujours eu beaucoup de respect pour les James Bond girls même si moi, je ne peux pas en être une, je suis trop mûre pour cela. Je suis plus une James Bond Lady ou James Bond woman qu’une James Bond girl. Quand j’étais jeune, combien de fois ai-je entendu : « Mon nom est Bond, James Bond ? » C’est sûr que quand tu as James Bond qui te le dit à toi, c’est assez drôle.

007 est-il votre type d’homme ?
Monica Bellucci : Je crois que Daniel Craig est le type d’homme que les femmes aiment. Il représente le James Bond qui fait rêver car il a un côté gentleman et un côté dark, sombre. Ça crée un mystère, une sensualité et quelque chose d’imprévisible.

Vous poursuivez toujours cette aventure incroyable avec Emir Kusturica et son film On the milky road ?
Monica Bellucci : Oui, chaque été depuis trois ans, parce que tout le film se déroule en extérieur et pendant les beaux jours. C’est vrai, on a pris un peu plus de temps que prévu à cause de la mauvaise météo. Il est un des réalisateurs et des hommes les plus éclectiques que j’ai rencontrés. Il est aussi écrivain, musicien, businessman, un killeur intellectuel (rires). J’ai beaucoup de respect pour Emir Kusturica parce qu’il réalise comme un peintre fait de la peinture. C’est quelqu’un pour qui la création est aussi de la souffrance. Il faut intégrer tout cela pour comprendre sa manière de travailler.

Vous serez aussi en 2016 dans Ville-Marie qui a été très applaudi à Toronto…
Monica Bellucci : C’est un film du Canadien Guy Edouin. Il m’a donné l’occasion de jouer un très beau rôle à multiples facettes. C’est l’histoire d’une femme comédienne, qui, avec son métier, couvre ses faiblesses. Elle n’est pas la mère qu’elle voudrait être. Il y a un secret entre elle et son fils, qui trouve son apothéose à la suite d’un accident. Quand il survient, elle se rend compte qu’elle doit enlever son masque, son armure, et avoir le courage de n’être qu’une femme. A travers cette humanité qui surgit d’elle-même, elle découvre sa vraie force et c’est comme si, pour la première fois, elle découvrait son âme. C’est au moment où elle se sent la plus faible et la plus fragile qu’elle trouve sa force. Un très beau rôle.

« Il peut être enrichissant de vieillir »

Est-ce facile de passer de Sam Mendes à Emir Kusturica et à Guy Edouin ?
Monica Bellucci : Il est intéressant pour une actrice de pouvoir passer d’un monde à un autre. Quand on travaille avec des metteurs en scène aux univers très différents, c’est enrichissant en tant que comédienne mais aussi en tant qu’être humain. Guy Edouin est canadien, Emir Kusturica serbe et Sam Mendès anglais, et bien sûr, ils racontent trois cinémas différents. C’est passionnant.

En fait, vous êtes une actrice du monde ?
Monica Bellucci : D’abord, je suis 100 % italienne et le seul passeport que j’ai est italien. J’habite en France, je vis à Paris, mes filles y vont à l’école. Mais je voyage partout. Après novembre, j’aurai fini tous les films, la promotion et je prendrai du temps pour Deva et Léonie car j’ai besoin de passer quelques mois en ne faisant que la maman. Elles ont 11 et 5 ans et demi et viennent sur les tournages : elles étaient avec moi tout le mois d’août sur le film de Kusturica. Je suis très proche d’elles et elles passent en premier. Je m’organise toujours pour que mon travail ne gêne pas leur vie.

J’ai le sentiment que vous entamez une seconde carrière. Vous aussi ?
Monica Bellucci : C’est vrai. Je crois que j’ai passé les dix dernières années de ma vie dans une recherche personnelle qui est venue avec les enfants. J’ai découvert beaucoup de choses sur moi-même à travers la maternité. Cette période-là a été comme une introspection pour repartir ensuite dans mon travail avec un nouvel enrichissement.

Le regard que portent les metteurs en scène sur vous a évolué. Vous le ressentez ?
Monica Bellucci : Mais le regard doit se transformer car on vieillit. Moi, je pense que l’âge nourrit. On regarde toujours ça avec une sorte de peur mais si on le prend dans le bon sens, on peut le voir comme une évolution qui peut être très intéressante. Par exemple, je pense que pour Ville-Marie, je n’aurais pas pu faire ce travail comme ça, il y a quinze ans. Donc pour certaines choses, il peut être enrichissant de vieillir.

Votre fidélité à Dolce & Gabbana ne faiblit pas…
Monica Bellucci : Faire une campagne avec eux est un moment pour renouveler la relation amicale qui nous lie depuis mes débuts. C’est l’amour de la famille. Pour une Italienne, c’est très important. Quand je m’associe à une marque, je fais des choix liés à des gens avec qui j’ai envie de travailler. Ce sont des rencontres humaines, des projets qui me plaisent, des images qui me parlent. Quand je suis devant le photographe, il faut que j’en tire quelque chose de créatif, d’enrichissant. J’aime la photo comme j’aime le cinéma, ce sont des formes d’art qui me nourrissent. L’art sert à élever les hommes. Il y a un grand chocolatier à côté de chez moi et quand je regarde sa vitrine, je me dis que c’est un grand artiste. Quand on va chez un bon boulanger qui sert du pain croustillant, c’est aussi un artiste. Mettre de la passion dans tout ce qu’on fait, c’est primordial.

Quelle est votre philosophie ?
Monica Bellucci : J’aime la vie et je crois qu’il faut savoir tomber et se relever.

 

007 Spectre de Sam Mendes, sortie le 11 novembre.

publié le 06 novembre 2015

Добавить комментарий




About Site
Название: Monica Bellucci Source
Дизайн: by Etherealism
Администратор: Alex & Natalia
Friendly support: Marcia
Дата создания: 10.02.2015
Хостинг: Flaunt Network | DMCA | Privacy Policy

Monica Bellucci for Tatler
Featured Image
Welcome to cooperate lovers of rare (unknown, exclusive) photos from MB, write - labellucciru@gmail.com

Current projects

Твин Пикс / Twin Peaks (2017)

Страна: США
Режиссер: Дэвид Линч
Дата выпуска: 2017

IMDb :: Кинопоиск :: Фото

Моцарт в джунглях / Mozart in the Jungle (2016)

Страна: США
Режиссер: Пол Вайц, Тришиа Брок, Адам Брукс....
Дата выпуска: 2016

IMDb :: Кинопоиск :: Фото

По млечному пути / On the Milky Road (2016)

Страна: Сербия, Великобритания, США
Режиссер: Эмир Кустурица
Дата выпуска: 2016

IMDb :: Кинопоиск :: Фото

Рубрики
Books
Search
Google Ad