Slider
1988_Monica_Bellucci_ELLE_Portugal_April.jpg
1989_Monica_Bellucci__hon002.jpg
1989_Monica_Bellucci__hon001.jpg
2018_Monica_Bellucci_by_richard_gianorio_001.jpg
2018_Monica_Bellucci_by_richard_gianorio_002.jpg
2018_Monica_Bellucci_attends_the_opening_ceremony_during_the_10th_Film_Festival_Lumiere_on_October_13_0039.jpg
2018_Monica_Bellucci_attends_the_opening_ceremony_during_the_10th_Film_Festival_Lumiere_on_October_13_0036.jpg
2018_Monica_Bellucci_attends_the_opening_ceremony_during_the_10th_Film_Festival_Lumiere_on_October_13_0038.jpg
2018_Monica_Bellucci_attends_the_opening_ceremony_during_the_10th_Film_Festival_Lumiere_on_October_13_0035.jpg
2018_Monica_Bellucci_attends_the_opening_ceremony_during_the_10th_Film_Festival_Lumiere_on_October_13_0031.jpg
2018_Monica_Bellucci_attends_the_opening_ceremony_during_the_10th_Film_Festival_Lumiere_on_October_13_0033.jpg
2018_Monica_Bellucci_attends_the_opening_ceremony_during_the_10th_Film_Festival_Lumiere_on_October_13_0029.jpg
2018_Monica_Bellucci_attends_the_opening_ceremony_during_the_10th_Film_Festival_Lumiere_on_October_13_0027.jpg
2018_Monica_Bellucci_attends_the_opening_ceremony_during_the_10th_Film_Festival_Lumiere_on_October_13_0025.jpg
2018_Monica_Bellucci_attends_the_opening_ceremony_during_the_10th_Film_Festival_Lumiere_on_October_13_0026.jpg
2018_Monica_Bellucci_attends_the_opening_ceremony_during_the_10th_Film_Festival_Lumiere_on_October_13_0023.jpg
2018_Monica_Bellucci_attends_the_opening_ceremony_during_the_10th_Film_Festival_Lumiere_on_October_13_0024.jpg
2018_Monica_Bellucci_attends_the_opening_ceremony_during_the_10th_Film_Festival_Lumiere_on_October_13_0022.jpg
Latest Photos
2018, February – Paris Match (France) – Monica Bellucci : “Le temps n’est plus une limite à la carrière d’une actrice”

Paris Match |

Invitée d’honneur de l’Académie des Lumières à l’institut du monde arabe aux côtés de Jean-Paul Belmondo, l’actrice italienne a une fois de plus fait tourner toutes les têtes.

En robe incendiaire Alexandre Vauthier, Monica Bellucci a reçu un hommage spécial pour sa participation au rayonnement mondial du cinéma français. Car si Hollywood a les Golden Globes, Paris a l’Académie des Lumières : une assemblée de correspondants internationaux basés à Paris, venus d’une vingtaine de pays venus récompenser leurs films de l’année. Rencontre avec la rayonnante Italienne.

Lire aussi : Bébel le magnifique et Monica la divine illuminent la 23e cérémonie des Lumières

Paris Match. Que représente pour vous cet hommage ?
Monica Bellucci. Je suis très touchée de cette reconnaissance pour ma carrière déjà. Je remercie sincèrement la presse étrangère pour cette distinction. Avec Jean-Paul Belmondo en plus, c’est une joie ! J’ai un respect infini pour lui. Cette énergie, cette force qu’il a, c’est très touchant et encourageant, pour nous tous en tant que personnes. Il y a son talent bien sûr, mais aussi sa force humaine. C’est un homme et un artiste si inspirant.

Vous avez également été honorée pour l’ensemble de votre carrière à Los Angeles il y a quelques semaines, que d’honneurs en ce moment !
C’est typique du temps qui passe ! (Rires) Plus sérieusement, ces hommages sont des moments très beaux dans la vie d’une actrice. D’autant plus beaux qu’ils s’inscrivent dans une période très particulière pour les femmes en ce moment.

Sentez-vous déjà qu’il y a du changement pour femmes ?
Nous le sentons au quotidien : elles parlent, elles ont le courage de prendre la parole, de sortir de la cage dans laquelle nous sommes. Moi-même j’ai un respect différent maintenant pour les femmes. Le temps n’est désormais plus une limite pour nos carrières.

Vous multipliez les projets en effet…
Oui, je viens de finir le tournage de «Necromancer», un film tourné en Australie par les frères Kiah et Tristan Roche-Turner. Je vais bientôt commencer le tournage de « Spider in the web » du réalisateur israélien Eran Riklis, aux côtés de Ben Kingsley. Je serais aussi dans la saison 3 de «Dix Pour Cent».

Pouvez-vous nous en dire un peu plus sur votre rôle dans «Dix Pour Cent» ?
Les auteurs de la série m’ont écrit un personnage drôle. Je suis peu familière avec la comédie, j’en ai peu fait, mais là c’est le cas. Mon personnage est empli de petites références à des personnages ayant réellement existé, bien sûr la fantaisie édulcore le tout mais le scénario est très amusant.

La télé peut être tout aussi magique que le cinéma

On vous voit de plus en plus sur le petit écran, les séries vous attirent ?
Effectivement. Quand j’ai tourné dans la série américaine « Mozart in the Jungle » avec Gael Garcia Bernal, je me suis familiarisée avec ce format. C’est si différent du cinéma ! Là où le grand écran crée un rapport particulier avec un réalisateur, les séries se tournent avec plusieurs cinéastes en même temps. La manière de travailler est nouvelle aussi, il y a beaucoup plus de place pour l’improvisation, les scènes sont parfois écrites  au dernier moment, il y a pleins de changement immédiats. J’ai adoré l’expérience, il y a une réelle possibilité d’écrire de très beaux rôles. Quand je doublais ma voix en italien et en français pour cette série, le directeur du doublage a dit « quel dommage que ce soit pour la télévision, c’est un si beau rôle ! ». Je n’étais pas d’accord. Il faut saluer cette nouvelle façon de communiquer, d’approcher les spectateurs, directement chez eux. Godard disait que l’on regarde la télé les yeux vers le bas et le cinéma vers le haut, c’est toute la différence. Mais je pense qu’aujourd’hui la télé peut être tout aussi magique que le cinéma.

Y’a-t-il des rôles que vous aimeriez incarner ?
J’ai eu la chance d’avoir de très bons rôles à la cinquantaine, très différents les uns des autres. Je ne m’y attendais pas. Quand tu as 20, 30 ans, 50 ans te paraissent si loin que tu ne sais pas si tu travailleras encore, quel sera ton parcours. Mais quand j’ai eu 50 ans, j’ai été dans James Bond, j’ai joué dans une série, j’ai tourné pour Emir Kusturica, tous ces rôles m’ont prouvé qu’il y a vraiment une nouvelle manière de regarder les actrices et les femmes, ce qui était impossible avant. Avoir une carrière après 40 ans était compliqué, même si tu étais talentueuse et belle.


Published by: admin
Comments disabled

Comments are closed.