Slider
VF_MonicaBellucci_2017_012.png
VF_MonicaBellucci_2017_013.png
VF_MonicaBellucci_2017_011.png
VF_MonicaBellucci_2017_010.png
VF_MonicaBellucci_2017_009.png
VF_MonicaBellucci_2017_008.png
VF_MonicaBellucci_2017_006-2.jpg
VF_MonicaBellucci_2017_005.png
VF_MonicaBellucci_2017_02.png
VF_MonicaBellucci_2017_004.png
VF_MonicaBellucci_2017_000.png
VF_MonicaBellucci_2017_002-1.jpg
Monica_Bellucci_2002.jpg
photo_italia_monica_bellucci_1997.JPG
Monica_Bellucci_Vanity_Fair_Espana_2017_promo.jpg
Monica_Bellucci_Vanity_Fair_Spain_September_2017.jpg
monica_bellucci_amica_006.JPG
monica_bellucci_amica_005.JPG
Latest Photos
2009, July — RoadBook (Int.) — Belle et discrète égérie Mooi en discreet

Belle et discrète égérie Mooi en discreet

1237991503828T08001_b

 

Monica Bellucci est ambassadrice des bijoux Cartier. Dans cet entretien, l’actrice et mannequin italien nous parle de son métier, livre sa perception de la beauté et dévoile plusieurs traits intimes de sa personnalité.

Cartier devait avoir un personnage en tête quand le groupe vous a contactée pour être l’émissaire de son message. Selon vous, quel élément s’est avéré décisif en votre faveur ?

Cela fait près de 10 ans que je suis l’ambassadrice de cette marque prestigieuse qu’est Cartier. J’ai rencontré ses représentants en Italie, lors d’un cocktail où j’étais invitée. C’est à ce moment-là que l’idée a pris forme. J’adore leurs bijoux qui symbolisent la sophistication, l’élégance et la beauté affirmée ; les actrices comme moi sont souvent invitées à participer à diverses manifestations événementielles où nous nous devons de porter des bijoux, lesquels font partie intégrante de notre toilette.

La beauté est affaire de business. Quelle est votre opinion sur la question ?

La beauté peut effectivement être affaire de business mais heureusement, elle ne se limite pas à cela. Il y a tant de formes de beauté qu’on ne peut acheter !

Vous êtes considérée comme l’une des femmes «les plus belles, sexy et désirables» au monde. Quel sentiment cet hommage suscite-t-il chez vous ? Et comment y réagissez-vous ?

Il va de soi que je le prends comme un compliment. Mais je reste très prudente avec ce genre d’affirmation : un jour, vous pouvez être belle, le lendemain un peu moins, et je sais que la beauté n’est pas éternelle ; le plus important à mes yeux, c’est d’avoir confiance en moi non pas parce que je suis prétendument «belle», comme certaines personnes le clament, mais parce qu’au fond de moi, je me sens épanouie et heureuse. Pour moi, c’est là que réside la véritable beauté.

En quoi considérez-vous que votre beauté puisse faire de l’ombre à votre intelligence, ou inversement ?

Si vous utilisez votre beauté comme faisant partie de votre intelligence, l’obstacle est alors bien réel. Sinon, il n’y en a pas vraiment.

Qui considérez-vous comme sexy, hommes et femmes confondus ? Et pourquoi ?

Un homme, comme une femme, peut être naturellement sexy. Chaque année, on élit la femme et l’homme le plus sexy du monde. Être sexy n’est pas une question d’habillement, c’est une chose qui fait partie de votre personnalité, de votre attitude ; être sexy, c’est comme l’élégance, c’est quelque chose que vous avez en vous.

Décrivez-nous l’homme parfait…

Je ne pense pas que l’on puisse être totalement parfait. Je pense que j’ai épousé un homme qui est parfait à mes yeux !

Quel est le secret de votre beauté ?

La première chose que je fais le matin, c’est prendre une douche très froide ; et j’utilise le soin pour la peau Hydraction de Dior, pour le visage et pour le corps.

Carrière

Qu’est-ce qui vous tient le plus à coeur : le cinéma ou le mannequinat ?

Actuellement, il ne fait aucun doute que c’est le cinéma. J’adore mon métier pour de nombreuses raisons, mais le mannequinat était aussi une profession que j’appréciais réellement au moment où je m’y consacrais. Le point commun de ces deux passions, ce sont les rencontres que vous faites avec de nombreuses personnes issues de pays différents. Vous devez donc vous adapter à leurs exigences. Le travail d’acteur est beaucoup plus contraignant que celui de modèle, mais vous devez toujours puiser en vous pour offrir quelque chose au réalisateur ou au photographe qui vous fait face avec son appareil ou sa caméra.

Vous avez joué quelques personnages «sombres» : la fiancée de Dracula (Dracula), une reine du mal (Les Frères Grimm), une prostituée (Shoot ‘Em Up). Mais aussi d’autres rôles plus légers : Malèna Scordia (Malèna), Marie-Madeleine (La Passion du Christ)… En quoi cet éclectisme dévoile-t-il votre profil de casting ?

J’ai également tourné plusieurs films français relativement intéressants, qui vont de la comédie pure et dure comme Astérix et Cléopâtre à ce qu’il est convenu d’appeler le «cinéma d’auteur». Je pense simplement avoir la chance que de multiples réalisateurs pensent à moi pour jouer un rôle bien déterminé. Personnellement, je ne me classe dans aucune catégorie. Quand j’apprécie une histoire, je m’engage sans arrière-pensée.

Où vous situez-vous entre «la sainte» et «la prostituée» — et pourquoi ?

Je ne m’assimilerais vraiment pas à ces positions extrêmes !
Je pense être une femme moderne, consciente de ses limites, mais le plus important est d’être sincère vis-à-vis des autres comme de soi-même. Certaines personnes ont jugé que la scène du viol dans Irréversible était répugnante alors que d’autres s’en sont trouvées émoustillées. Quels sentiments vous ont submergée lorsque vous l’avez visionnée pour la première fois ? Comment les gens de votre entourage y ont-ils réagi ? Quand j’ai vu la scène pour la première fois, j’ai moi-même été surprise de l’authenticité de son rendu. Je présume que le réalisateur a obtenu exactement ce qu’il voulait que j’exprime dans cette partie du film. Malheureusement, quand un viol survient dans la vraie vie, c’est rarement une situation édulcorée, c’est quelque chose de violent et il est rare qu’il y ait des témoins. Donc, oui, voir une scène aussi fidèle à la réalité dans un film peut choquer.

Vous avez travaillé avec Francis Ford Coppola, Gary Oldman, Keanu Reeves, Gene Hackman, Gérard Depardieu, Gaspar Noé, Mel Gibson, Terry Gilliam… Qui vous a le plus impressionnée en tant que personne ? Qui vous a appris le plus de choses ?

Je peux affirmer que je suis une actrice comblée, qui a eu la chance de travailler avec des acteurs et des réalisateurs exceptionnels, issus de nombreux pays. Je pense que j’ai enrichi mon vécu au contact de chacun d’eux, et c’est la raison pour laquelle j’aime tant mon métier.

Reese Witherspoon, Angelina Jolie et Cameron Diaz peuvent demander jusqu’à 20 millions de dollars
pour un film. Que pensez-vous de telles sommes ? Une actrice peut-elle valoir de tels montants ?

Vous évoquez là de grandes actrices américaines qui tournent des films que l’on verra partout dans le monde ; si elles peuvent gagner autant d’argent, tant mieux pour elles, cela veut dire qu’elles le méritent, au même titre qu’un international de football ou un pilote de Formule 1, qui amassent autant d’argent sur une année grâce à leur talent, bien sûr, mais aussi parce que leurs prouesses sont vues partout dans le monde, à la télévision. Je suis certaine que les producteurs qui allongent de telles sommes pour s’assurer les services d’un acteur savent pertinemment ce qu’ils font et qu’ils en attendent d’autant plus en retour.

Vous devez également gagner confortablement votre vie. Le site Internet Movie Database affirme que vous avez reçu 1,7 million d’euros pour « Combien tu m’aimes » (2005). Financièrement, vous n’avez pas besoin de Cartier. Qu’est-ce qui vous pousse donc à faire ce travail ?

Pour moi, Cartier n’est pas un travail. Je ne le fais pas pour l’argent. Je porte leurs bijoux avec un réel plaisir. N’oubliez pas ce qu’a dit Marilyn Monroe : «Les diamants sont les meilleurs amis de la femme». Lorsqu’elles se rendent à une manifestation, toutes les actrices empruntent des bijoux. J’ai la chance de porter certaines des plus belles pièces créées par une société que je considère presque comme ma famille. Le président Bernard Fornas, ou Christine Borgholtz, sont des personnes au grand coeur, fabuleuses et talentueuses. Aujourd’hui, je les considère comme de vrais amis.

Pour vous, quelle différence y a-t-il entre jouer dans un film italien et un film français ?

D’une certaine manière, je suis attachée à mes deux patries de scène, pour des raisons sentimentales. L’Italie a été le pays qui m’a offert ma première chance de réellement débuter dans le cinéma, et la France est le pays qui m’a donné la chance de rencontrer mon mari. Il n’y a pas beaucoup de différence entre les deux, si ce n’est qu’en Italie, je joue dans ma langue maternelle. Quel que soit leur pays d’origine, tous les réalisateurs veulent toujours la même chose : que l’acteur se fonde le plus fidèlement possible dans le personnage qu’ils vous donnent à jouer, qu’il soit aussi authentique que possible et qu’il soit international.

Vous nous avez montré votre beauté, vos talents d’actrice… Que nous avez-vous caché ?

Indépendamment de mon apparence et de mon travail, la chose la plus importante à mes yeux est de réussir à être une bonne mère, ce qui constitue le souhait ultime de n’importe quel parent. Si vous réussissez dans ce domaine, vous êtes la personne la plus heureuse sur Terre.

Si, plus tard, votre fille manifeste également le désir de devenir mannequin ou actrice, quel conseil lui donneriez-vous ?

Je lui dirais simplement «fais ce que tu veux faire de ta vie pour autant que cela te rende heureuse, mais fais-le avec passion, et n’oublie jamais de rester humble si le succès te touche de sa grâce, car rien ne dure éternellement».

Et vous êtes tombée amoureuse du père de votre fille, Vincent Cassel… Racontez-nous quand et de quelle manière ça s’est passé !

Je jouais dans mon premier film français, intitulé «L’appartement» et Vincent y participait également. C’était il y a près de 12 ans, nous sommes simplement tombés amoureux l’un de l’autre durant le tournage. C’est un classique entre deux acteurs…

Quelle impression cela fait-il de travailler ensemble sur les mêmes projets (Dobermann, Le Pacte des Loups,irréversible et Sheitan) ? Vous partagez le stress comme les bons moments ?

J’adore jouer avec Vincent, c’est un superbe acteur, très généreux dans son jeu. Il y a une très grande connivence entre nous sur le tournage et c’est peut-être pour cela que nous avons renouvelé l’expérience à plusieurs reprises — parce que si cela s’était avéré difficile de jouer avec lui, notre couple en aurait peut-être souffert.

Jusqu’à présent, dans quel rôle avez-vous le mieux apprécié Vincent ?

Dans son dernier film français, « Mesrine », qui lui a valu de décrocher le César du meilleur acteur. J’ai vraiment été très heureuse pour lui car il s’est astreint à un réel travail de fond pour ce rôle.

Préférences
Designer favori ? — John Galliano pour Dior
Parfum favori ? — Hypnotic Poison de Dior
Musicien/morceau favori ? — Duffy : Stepping Stone
Auteur et ouvrage favoris ? — Tous les livres d’Italo Calvino
Plat favori ? — La nourriture italienne
Ville favorite ? — Londres
Rue commerçante favorite ? — Avenue Montaigne à Paris
Destination de vacances favorite ? — Brésil
Restaurant et hôtel favoris ? — L’Hôtel Costes à Paris, pour
son restaurant et son bar. L’Hôtel Berkeley à Londres
Endroit favori de la maison ? — Ma chambre
Pays favori ? — L’Italie
Hobby favori ? — La natation

 

monika2
 

Ik prijs mezelf heel gelukkig dat ik als actrice de kans heb gekregen samen te werken met fantastische acteurs en regisseurs uit verschillende landen. Ik denk dat ik van iedereen wel iets heb geleerd, daarom hou ik net zo veel van mijn beroep.

Actrices als Reese Witherspoon, Angelina Jolie en Cameron Diaz kunnen tot 20 miljoen dollar voor een film vragen. Wat vindt u van dat soort bedragen? Kan een actrice zoveel waard zijn?

Je hebt het nu over grote Amerikaanse actrices, die spelen in films die over de hele wereld worden bekeken. Als zij zoveel geld kunnen krijgen, dan is dat goed voor hen. Dat betekent dat ze het waard zijn, net als een internationale voetballer of een formule 1-piloot die zoveel verdient per jaar omdat ze het talent ervoor hebben en omdat hun sport wereldwijd op tv wordt vertoond. Ik ben ervan overtuigd dat de producers die zo grote sommen geld betalen voor acteurs, goed weten wat ze doen, en ook verwachten er veel voor terug te krijgen.

U verdient vast ook genoeg voor een comfortabel leven. Op Internet Movie Database staat dat u 1,7 miljoen euro hebt gekregen voor Combien tu m’aimes (2005). Financieel hebt u Cartier niet nodig. Waarom doet u dit dan?

Cartier is voor mij geen job, ik doe het niet voor het geld. Ik draag die juwelen met plezier, denk maar aan wat Marilyn Monroe zei: “diamonds are a girl’s best friend”. Actrices die naar evenementen gaan, lenen vaak hun juwelen. Ik heb het geluk dat ik een paar prachtige stukken kan dragen van een bedrijf dat ik bijna als familie beschouw. Bernard Fornas, de voorzitter, en Christine Borgholtz zijn fantastische en talentvolle mensen met een groot hart, en ik beschouw hen intussen als echte vrienden.

Wat is voor u het verschil tussen spelen in een Italiaanse film en in een Franse film?

Op een bepaalde manier voel ik me om sentimentele redenen tot beide landen aangetrokken.

Italië was het land waar ik mijn eerste kansen in de filmindustrie heb gekregen, en Frankrijk is het land waar ik mijn man heb ontmoet. Er is niet zoveel verschil tussen beide, behalve dat ik in Italië in mijn moedertaal kan spelen. Alle regisseurs in alle landen willen altijd hetzelfde: dat de acteurs dicht bij het personage staan dat ze spelen, zodat ze het zo waarachtig mogelijk kunnen doen. Dat is over de hele wereld hetzelfde.

U hebt ons getoond dat u mooi bent en dat u goed kunt acteren. Wat hebt u ons niet getoond?

Behalve mijn look en mijn job is het allerbelangrijkste voor mij dat ik een goede moeder ben. Ik denk dat dat de ultieme wens is van elke ouder. Als je daarin slaagt, ben je de gelukkigste mens ter wereld.

Als uw dochter later model of actrice wil worden, welke raad zou u haar dan geven?

Ik zal haar alleen maar zeggen dat ze moet doen wat ze wíl doen, zolang haar dat gelukkig maakt. Maar dat ze het moet doen met passie, en dat ze nooit mag vergeten bescheiden te blijven als ze succes krijgt, want niets is eeuwig.

Hoe en wanneer werd u verliefd op de vader, Vincent Cassel? 

Ik speelde in mijn eerste film in Frankrijk, “ l’appartement”, en Vincent speelde daar ook in mee. Dat was bijna 12 jaar geleden, we werden gewoon tijdens de opnames verliefd op elkaar. Heel traditioneel, voor twee acteurs!

Hoe is het om samen in hetzelfde project te werken (zoals Dobermann, Le Pacte des Loups, Irréversible en Sheitan). Zowel de stress als het plezier met elkaar delen?

Ik speel heel graag met Vincent, hij is een fantastische acteur en hij is erg edelmoedig. We komen heel goed overeen op de set, en dat is wellicht waarom we dat telkens opnieuw doen. Als ik het moeilijk vond om met hem te spelen, zou dat heel schadelijk kunnen zijn voor ons als koppel.

Wat is uw favoriete personage dat Vincent ooit heeft gespeeld?

Voor de laatste Franse film, “MESRINE”, mocht hij de Franse “CEASAR” voor beste acteur in ontvangst nemen. Ik was natuurlijk erg blij voor hem, want hij had echt heel hard voor deze rol gewerkt.

Favorieten

Favoriete designer? John Galliano voor Dior

Favoriete parfum? Hypnotic Poison van Dior

Favoriete muzikant en liedje? DUFFY, met Stepping Stone

Favoriete schrijver en boek? Alle boeken van Italo Calvino

Favoriet voedsel? Italiaans eten

Favoriete stad? Londen

Favoriete winkelstraat? Avenue Montaigne in Parijs

Favoriete vakantiebestemming? BRAZILIË

Favoriet restaurant en hotel? Hotel Costes in Parijs voor het restaurant en de bar Het Berkeley hotel in Londen

Favoriete plek in uw huis? Mijn slaapkamer

Favoriet land? Italië

Favoriete hobby? Zwemmen


Published by: admin
Comments disabled

Обсуждение закрыто.